LETTRE DE PRESIDENT A PRESIDENT

2 mai 2008 - 00:00

Ensuite de la rencontre de Coupe RUFFIER 18 ANS du Jeudi 1er mai 2008 le Président de l'OLYMPIQUE F.C. écrit à écris au Président de la Ligue CHAMPAGNE - ARDENNE DE FOOTBALL
Monsieur le Président
Ligue CHAMPAGNE - ARDENNE DE FOOTBALL



Charleville-Mézières, le 2 mai 2008

Monsieur le Président,


J'ai l'honneur de faire suite à la rencontre de quart de finale de Coupe RUFFIER 18 ANS du JEUDI 1er MAI 2008, match 10055901, statut 21701.1 ayant opposé l'OLYMPIQUE FOOTBALL CLUB DE CHARLEVILLE - MEZIERES à l'A.S.P.T.T. CHALONS EN CHAMPAGNE,

Rencontre pour laquelle le Ligue n'a désigné aucun arbitre officiel.

L'arbitrage a été assuré par un dirigeant de l'A.S.P.T.T. CHALONS EN CHAMPAGNE lequel a officié à sens unique, ne voyant, tout au long du match, que les fautes commises par les joueurs de l'OLYMPIQUE FOOTBALL CLUB DE CHARLEVILLE - MEZIERES et pas celle de l'A.S.P.T.T. CHALONS EN CHAMPAGNE.

Cet " arbitre ", Monsieur Philippe MOREAUX, licence 2543439504, selon feuille de match ci-jointe, a fait preuve d'une partialité extrême, accordant un but, dès la 20ème minute, sur un coup franc direct, entaché d'un hors-jeu de position de la part de 2 joueurs de l'A.S.P.T.T. CHALONS EN CHAMPAGNE qui masquaient, faisant action de jeu, le gardien de l'OLYMPIQUE FOOTBALL CLUB DE CHARLEVILLE - MEZIERES, hors jeu signalé par l'arbitre-assistant que Monsieur Philippe MOREAUX a refusé de suivre en arguant de ce qu'aucune des ces 2 joueurs en position de hors-jeu n'avaient touché le ballon.

J'étais venu pour assister à un match de football et ai vécu l'enfer.

J'ai du conserver, pour ma part, un calme olympien afin de ne pas perturber nos joueurs particulièrement outrés et se sentant totalement floués et impuissants.

Au bout de 15 minutes, en deuxième mi-temps, à 2 buts à 0 j'ai du user de mon autorité et de ma voix pour amener Monsieur Philippe MOREAUX à siffler en faveur des joueurs de l'OLYMPIQUE FOOTBALL CLUB DE CHARLEVILLE - MEZIERES, lorsque cela se justifiait.

Il s'agissait, pour éviter tout incident de la part des joueurs de L'OLYMPIQUE FOOTBALL CLUB DE CHARLEVILLE - MEZIERES, de leur démontrer qu'un adulte les défendait face à l'injustice et à l'intolérable, faute de quoi il était à craindre de vives réactions de leur part.

L'OLYMPIQUE FOOTBALL CLUB DE CHARLEVILLE - MEZIERES est revenu à 2 buts à 1.

Monsieur Philippe MOREAUX est alors retombé dans son travers.

Les éducateurs de l'OLYMPIQUE FOOTBALL CLUB DE CHARLEVILLE - MEZIERES ont interrompu la rencontre entendant poser des réserves techniques.

J'ai du leur expliquer que, hélas, les règlements n'avaient pas prévu une telle situation inimaginable pour des personnes faisant confiance à l'intégrité d'autrui et le match a repris pour les 20 minutes restantes.

Nos joueurs ont continué a été grandement perturbé et n'ont pu exprimer leur football.

Je suis arrivé à éviter tout problème à force d'autorité, c'est-à-dire en faisant en sorte qu'aucune violence, face à une situation intolérable et révoltante, n'ait lieu notamment à l'encontre de Monsieur Philippe MOREAUX, ou encore entre joueurs.


Je suis particulièrement furieux de ce défaut de désignation d'arbitre officiel.

Je me suis trouvé piégé par une situation inattendue devant compenser par une gestion ardue une carence qui n'était due au fait de l'OLYMPIQUE FOOTBALL CLUB DE CHARLEVILLE - MEZIERES.


Notre responsabilité d'adulte est de permettre à nos jeunes d'évoluer dans la sérénité et dans des conditions de régularité de la compétition.

Ce sont des valeurs auxquels je suis attaché et pour lesquelles je m'engage.


Comment puis-je expliquer à nos jeunes qu'ils se doivent de respecter l'autorité des institutions et des adultes si ceux-ci ne respectent pas les leurs ?


Je me trouve démuni et piteux.

Cette position m'est invivable.


Je considère que la Ligue a gravement défailli à sa mission et à son devoir d'organisation.

Ce défaut a mis dans la grande difficulté le club auquel incombe la police des terrains.

Les clubs à la charge desquels pèsent de lourdes obligations, que la Ligue n'hésite pas à sanctionner à la moindre défaillance, doivent pouvoir obtenir, en contrepartie, une organisation de la compétition exempte de reproche.

Tel n'est pas le cas en l'espèce.

J'ai personnellement, assumant mes responsabilités, rempli la lourde mission de ma fonction.

Néanmoins, sachez que celle-ci a été particulièrement difficile tant la tension était telle que de graves incidents étaient susceptible d'intervenir.


Je vous remercie de me préciser comment la Ligue entend réparer cette défaillance.

La reprogrammation du match m'apparaît la seule solution équitable et acceptable.

L'image de la Ligue a été écornée et son honneur serait de reconnaître cette erreur et cette défaillance en prenant une décision courageuse car inhabituelle.


Je me réserve de faire état de cette analyse, certes juridique, lors de la prochaine Assemblée Générale de notre Ligue dont les clubs sont les premiers acteurs ayant délégué à nos élus la certitude de ce que la mission confiée sera assurée.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'expression des mes sentiments bien dévoués.

Christophe VAUCOIS
Président





Commentaires

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 9 Dirigeants
  • 4 Entraîneurs
  • 1 Arbitre
  • 12 Joueurs
  • 34 Supporters